collectif-je-taide-CEO Macif

Ils s’engagent à nos côtés ! Découvrez les actions de notre partenaire La Macif en faveur des aidant.e.s

collectif-je-taide-CEO Macif

Découvrez les actions de notre partenaire La Macif au service des aidant.e.s : entretien avec Pascal Michard, son Président.

15 ans

Depuis plus de 15 ans, le groupe Macif s’investit activement auprès des aidants en leur proposant de nombreux dispositifs d’information et des services d’accompagnement, en menant des enquêtes sur leurs conditions de vie, en venant à leur rencontre sur l’ensemble du territoire ou encore en les mettant en relation avec les acteurs locaux qu’ils peuvent solliciter pour soulager leur quotidien.

 

 

Pouvez-vous nous présenter la Macif en quelques mots ?

La Macif est un groupe d’assurances mutualiste. Nous déployons nos activités de protection dans une dimension solidaire depuis 60 ans.

 Auprès de nos 5,5 millions de sociétaires et adhérents, la Macif est un acteur majeur du secteur présent dans les domaines de l’assurance dommages, l’assurance santé prévoyance et l’assurance-vie. Nous sommes également la première société d’assurance automobile en France en nombre de contrats avec plus de 6 millions de véhicules assurés en 2019.

Pourquoi la Macif a-t-elle décidé de s’engager auprès des aidants ?

En tant qu’assureur mutualiste, nous exerçons notre métier dans une démarche solidaire et inclusive. Notre mission est de protéger et d’accompagner tous nos sociétaires tout au long de leur vie de façon utile, concrète et avec bienveillance. Et cela, y compris lorsqu’ils sont confrontés à des situations difficiles, liées au handicap, à la maladie ou à l’âge. Le maintien à domicile, la préservation de l’autonomie et la qualité de vie sont au cœur de notre engagement pour les aidants.

Quelle est la mission poursuivie par votre groupe auprès des aidants ?

La France compte aujourd’hui 11 millions d’aidants qui accompagnent un proche fragilisé par l’âge, la maladie ou le handicap. La crise du Covid 19 les a mis à rude épreuve : 60 % des aidants se sont sentis dépassés pendant le confinement (étude Ipsos-Macif 2020), alors qu’ils sont essentiels dans notre système de soins et de protection sociale.

C’est pourquoi nous sommes convaincus, à la Macif, qu’il faut apporter des solutions aux aidants pour leur permettre de bénéficier de répit, de concilier leur vie professionnelle et leur rôle d’aidant et leur offrir la reconnaissance et le statut qu’ils méritent.

 La Macif a alerté les pouvoirs publics dès 2010 en organisant les premiers Etats Généraux des Aidants qui ont donné lieu à un Manifeste reprenant 15 propositions pour améliorer leur quotidien. Nous sommes également membre fondateur du Collectif Je t’Aide en 2017.

 En parallèle de cet engagement, nous proposons des dispositifs dédiés aux aidants pour leur apporter des informations utiles dans leur rôle et leur offrir des solutions concrètes pour les accompagner.

 Nous sommes également présents dans les territoires où nous animons des réunions sur les aidants en collaboration avec les autres acteurs de proximité : les collectivités, les associations, les services d’aide à domicile…

Quels services proposez-vous pour les aidants ?

Nous savons qu’ils sont souvent mal informés et que, par conséquent, ils ne sollicitent pas toujours les solutions dont ils pourraient bénéficier. A la Macif, nous leur dédions un site www.aveclesaidants.fr qui aborde les enjeux des aidants – le répit, la précarité, la vie professionnelle – à travers des interviews d’experts et des conseils pratiques pour orienter les aidants dans leurs démarches : aides financières, soutien à domicile, solutions de répit…

Nous avons également décidé de donner accès sans surcoût à des garanties d’aides aux aidants à 4,2 millions de sociétaires Macif et leurs conjoints. Concrètement, ces garanties sont intégrées dans notre contrat Garantie Accident, qui protège environ 7 millions de personnes au total. Les sociétaires ou leurs conjoints pourront bénéficier de ces prestations s’ils se retrouvent en situation d’aidants : aide administrative, bilan de situation de l’aidant, bilan de l’habitat (avec visite d’un ergothérapeute, suivi des travaux, aide à l’équipement téléassistance…), relais en cas d’urgence (hospitalisation de plus de deux jours), aide au répit de l’aidant et un accompagnement psychologique.

Par exemple, si l’aidant vient à être hospitalisé, il pourra bénéficier de la mise en place d’un relais comprenant la prise en charge du déplacement d’un proche, l’intervention d’un auxiliaire de vie ou le portage de repas.

Quel regard portez-vous sur la situation des aidant.e.s aujourd’hui ?

Il est grand temps de mieux les reconnaître, de leur apporter l’aide et le soutien que nous leur devons, tout simplement. De nombreuses associations se sont déjà créées pour les soutenir mais les besoins sont immenses et grandissants.

 Car s’ils ne comptent ni leur temps, ni leur peine, c’est trop souvent au prix d‘un isolement social, d’une précarisation économique, de l’altération de leur santé, de difficultés professionnelles ou tout simplement de vie et d’existence qu’ils assument leur engagement.

 C’est la raison pour laquelle il nous faut aujourd’hui décréter « le temps des solutions », nous engager résolument dans le temps de l’action. Il y a urgence !                      

 C’est ce que révèle de façon criante, l’enquête nationale sur la situation des Aidants en France en 2020 que nous avons réalisée avec Ipsos : 6 aidants sur 10 se disent épuisés, en situation de surmenage !

 Alors n’attendons plus pour faire acte de cette solidarité trop souvent annoncée et toujours attendue. Tendons-leur une main secourable car ce qu’ils font, chacun discrètement, ils le font au bénéfice de tous. C’est en donnant la parole aux aidants et aux porteurs de solutions que nous sensibiliserons davantage les pouvoirs publics à la cause des aidants.

Et pour conclure, quelles sont vos prochaines actualités ? 

Nous avons donné cette année la parole aux porteurs de solutions à travers une conférence « Aidants, le temps des solutions ? » et des chroniques sur France Télévisions. Nous sommes en effet convaincus que les réponses aux besoins des aidants sont collectives, qu’elles impliquent de nombreux acteurs, au niveau national et territorial : les associations, les structures de répit, les entreprises, les pouvoirs publics…      

A la Macif, nous lançons un Observatoire des Aidants : une structure de veille unique en France consacrée aux aidants, pour suivre l’évolution des enjeux auxquels ils sont confrontés, imaginer des solutions pour y répondre et évaluer les réponses possibles.

Il sera piloté par un comité éthique et scientifique présidé par Olivier Morice (Délégué Général du Collectif Je T’Aide).

collectif-je-taide-observatoireMacif

Nous serons également attentifs aux prochaines avancées de la loi Grande Âge et Autonomie afin de contribuer, à notre échelle, aux enjeux de la dépendance.

Comment pouvons-nous vous contacter ?

Pour suivre l’actualité de notre Groupe sur les aidants, je vous invite à vous rendre sur notre site www.aveclesaidants.fr  

Partager cet article
Inscrivez-vous
à la newsletter :

3ème édition du Prix Initiatives Aidant.e.s

5 lauréat·e·s ayant proposé des projets autour de la thématique 2020 : le répit des aidant.e.s.

Le collectif Je t’Aide a remis, à l’occasion de la Journée Nationale des Aidant.e.s le 6 octobre 2020, le Prix Initiatives Aidant.e.s à 5 lauréat·e·s ayant proposé des projets autour de la thématique 2020 : le répit des aidant.e.s. Avec plus de 25 projets reçus, cette 3ème édition témoigne de la créativité, de l’implication et de la
mobilisation des participant·e·s pour proposer des solutions adaptées au quotidien des aidant.e.s.

DES RELAIS GRATUITS POUR LES AIDANT.E.S : PRIX COUP DE CŒUR

Créée en 2008, l’association Espace Singulier facilite le quotidien des personnes malades, en situation de handicap ou en perte d’autonomie liée à l’âge ainsi que leurs aidant.e.s en Essonne. Ouvert à tous, Espace Singulier facilite le quotidien des tandems aidant.e.s/aidé.e.s en Essonne. Pour répondre aux particuliers et aux professionnels, l’association a créé trois Relais gratuits et innovants qui fonctionnent en synergie : Ressources, Répit et Mobilité. Le Relais Répit propose des
répits ponctuels au domicile des tandems aidant.e/personne aidée habitant en Essonne. Un relayeur bénévole formé reste auprès de la personne dépendante (1 à 4h) pour que l’aidant puisse souffler. Depuis 2014, 25 relayeurs bénévoles permettent de soutenir plus de 200 tandems aidant.e.s/aidé.e.s. à leur domicile. « Durant la crise sanitaire, nous avons pu observer, via les appels reçus, la dégradation de la situation des aidant.e.s. Nous avons donc complété ce Relais en proposant des « parcours de répit » qui se glissent dans le quotidien de ces personnes. Durant ces parcours, nous proposons à l’aidant.e de nous évoquer ce qu’il désire faire et nous lui organisons ses rendez-vous/sorties afin de le soulager » commente Sandrine Podolak.

DES BALUCHONNEURS AU DOMICILE DE L’AIDANT.E

Baluchon France est une association qui développe le baluchonnage en France. C’est une solution de répit pour les aidant.e.s de personnes handicapées ou en perte d’autonomie : un.e professionnel.le formé.e, expérimenté.e et supervisé.e accompagne l’aidé.e à domicile, 24h/24, de 36 heures à 12 jours consécutifs, pour permettre à l’aidant.e de partir en vacances.. Le baluchonneur va s’occuper de l’aidé.e comme le ferait l’aidant.e. C’est une solution pour maintenir un.e aidé.e dans son lieu de vie, dans ses habitudes, de respecter ses rythmes et d’éviter le changement de professionnels autour de lui.elle. Le baluchonnage permet aussi à l’aidant.e de confier la responsabilité de sa maison et de son proche à une seule et même personne. Baluchon France se développe depuis 2013 et surtout depuis 2019 en expérimentation. « J’ai moi-même passé deux ans au Québec pour me former au baluchonnage québécois. C’est une solution qui se développe doucement en France, grâce à une dérogation de la législation du travail pour autoriser les baluchonneurs à travailler 24h/24 plusieurs jours consécutifs, ils bénéficient de tous les repos compensatoires auxquels ils ont droit. C’est une solution qui mérite de trouver sa place en France parmi les offres de répit » commente Rachel Petitprez.

DES SEJOURS DE REPIT POUR LES FAMILLES ET PROCHES DE MALADES OU DE PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP PSYCHIQUE

Créés en 2009 par l’association R.E.P.I.T, repris en 2014 par l’ŒUVRE FALRET, les séjours REPIT s’adressent aux familles et proches de personnes malades ou handicapées psychiques. Au cours de ces séjours, les aidant.e.s bénéficient de formation (prise de recul face à la maladie mentale, réflexion sur le rôle d’aidant.e, gestion des émotions et du stress…), de séances de relaxation et de remise en forme (Taï Chi, activités corporelles, Shiatsu) et aussi de loisirs, d’ateliers d’arts créatifs, de moments de partage leur permettant de sortir de l’isolement. Les séjours s’adressent à un public en provenance de tout le territoire national et ont lieu dans des régions touristiques attractives et/ou centrales et changent régulièrement d’endroit en fonction des besoins. « Les aidant.e.s en santé mentale sont assez peu identifiés, voire invisibles, tout comme le handicap psychique » explique Sandrine Broutin. « Cela paraît incroyable d’arriver en 8 jours à transformer le cours d’une vie. Les aidant.e.s ont alors une autre vision de ce que va être leur vie » commente Catherine Savourin.

LE LABORATOIRE DE REPIT

C’est en 2016 que Louis et Elodie créent “Les bobos à la ferme”, projet touristique qui propose des séjours de répit pour les aidant.e.s et leurs proches. En 2019, ils ouvrent le 1er gîte (Tourisme et Handicap, 3 étoiles). Sur-mesure, les séjours proposés offrent une possibilité de relayage par un professionnel qualifié qui accompagne la personne aidée, favorisant le répit des aidant.e.s. Le laboratoire de répit œuvre au soutien des aidant.e.s et, en particulier, des parents d’enfants en situation de handicap. Il mène des actions plurielles, notamment l’organisation des Rendez-vous des parents extraordinaires (groupes de paroles et activités adaptées) et de séjours de répit inclusifs pour les familles aidantes. Il lance également en 2019, Bulle d’air, service de répit de la MSA, en Montreuillois. Ce service est composé de 6 relayeurs sur le territoire et travaille en partenariat avec les institutions de formation du territoire et les services d’aides à domicile. « De par notre expérience, nous prenons le parti de ne pas faire de notre ferme un lieu centré autour de la maladie mais plutôt d’apporter aux aidant.e.s le cadre le plus normal et le moins médicalisé possible. Nous accueillons beaucoup de familles aidantes qui n’avaient jamais osé considérer un séjour de répit comme possible pour elles mais, en s’identifiant à nous en tant qu’aidant.e.s ayant construit une solution de répit pour les aidants, sautent le pas » commente Elodie d’Andréa.

REPIT BULLE D’AIR

Créée en 2011 par la MSA Alpes du Nord, Répit Bulle d’air est une association dont l’objectif est d’apporter une réponse locale à la problématique d’épuisement des aidant.e.s. Elle propose des solutions de répit à domicile, et/ou en extérieur, pour une durée allant de 3h00 à plusieurs jours consécutifs pour tous les aidant.e.s. En 2019, l’association s’est rapprochée de la CAF de Savoie afin de pouvoir accompagner les parents d’enfant en situation de handicap ou de maladie, et leur permettre d’accéder à des solutions de répit adaptées, favorisant l’inclusion. Bulle d’Air permet aux parents d’accéder à un espace de liberté, d’avoir du temps libre, de prendre du temps pour les autres membres de leur famille, ou accéder à des loisirs. Aujourd’hui 8 relayeuses sont dédiées aux missions CAF. Toutes diplômées du secteur médico-social, elles disposent d’un minimum de 2 ans d’expérience auprès d’enfants en situation de handicap. « Il n’y a pas d’âge pour être aidant. C’est pourquoi, il nous semble primordial que les parents soient eux aussi accompagnés, et puissent bénéficier d’aide au répit. L’enjeu de Bulle d’air est de légitimer le soutien aux parents aidants, de préserver leur environnement et la structure familiale autour de l’enfant. Dans certains cas, on a pu voir qu’une cohésion familiale s’était reconstruite, voire parfois créée » explique Roseline Metral.

Retrouvez toutes les informations concernant le Prix Initiative Aidant.e.s
Partager cet article
Inscrivez-vous
à la newsletter :